Nos conseils:

L'auto-construction:

Nos bâtiments peuvent être livrés pour une AUTO-CONSTRUCTION.

Conseils préalables à la mise en place du projet d’auto-construction:

Avant de mettre sur pied son projet d’auto-construction, encore faut-il se poser quelques questions pertinentes et préalables : la première chose consiste à se demander si on dispose des compétences et des qualités requises pour construire une maison de bout en bout.

Il faut bien évidemment disposer de qualités de coordinateur de projet, de chef de chantier, de maçon, de plombier, de charpentier, ou encore d’architecte. Si tel n’est pas le cas, il faudra envisager de recourir partiellement aux services de professionnels tels que l’architecte, l’entrepreneur etc.

L’auto-constructeur devrait également préalablement se documenter sur l’auto-construction. La méthode la plus simple est de consulter les nombreux guides du constructeur disponibles sur Internet.

Première étape : la budgétisation

Une fois cette étape préalable réalisée, l’auto-constructeur doit prévoir un budget pour l’opération de construction.

Celle-ci englobe non seulement le coût des travaux à proprement parler, mais également les coûts divers liés à l’achat d’un terrain constructible, aux taxes, à l’achat des matériaux, au raccordement aux réseaux divers (eau, électricité…).

Seconde étape : le choix du terrain

Lorsque l’auto-constructeur aura défini son budget, il doit procéder à l’acquisition d’un terrain à bâtir. Le choix de ce dernier doit être minutieux afin d’acquérir un terrain à la fois viabilisé et déjà raccordé, et surtout qui convient aux attentes particulières du maître d’ouvrage.

Troisième étape : la connaissance de la réglementation

Avant d’entamer la conception technique du projet d’auto-construction, l’auto-constructeur doit s’informer avec précision sur la réglementation juridique et technique applicable à la construction projetée. Il doit notamment consulter le Plan Local d’Urbanisme (PLU) ainsi que la réglementation thermique 2012 (RT 2012).

Quatrième étape : les choix techniques

La réglementation technique telle que la RT 2012 détermine les choix techniques de l’auto-constructeur.

Il devra notamment choisir les matériaux de construction en fonction des paramètres techniques mais également en fonction de l’ « orientation » de la maison : son choix peut par exemple porter sur la construction d’une maison « écologique » telle que la maison bioclimatique, la maison solaire etc. Il devra par conséquent choisir le label ou certification « éco » correspondant(e) : HPE 2005, THPE 2005, BBC 2005…

Mais cette étape des choix techniques implique également de déterminer les intervenants à l’opération de construction (entrepreneur, architecte…). En effet, dans la pratique, il est quasiment impossible de s’occuper de tout le chantier et une délégation partielle de travaux s’impose.

Connaitre les différentes essences de bois que nous utilisons.

Les 3 principales :

bardage épicéa maison ossature bois

Les essences de bois couramment utilisées pour les constructions à ossatures bois sont l’épicéa ou sapin, le douglas et le mélèze. Elles ont toutes des spécificités en fonction de leur utilisation.


L’épicéa ou sapin :

L’épicéa ou sapin est couramment utilisé pour l’ossature bois, que ce soit pour des maisons, des extensions, des hangars… autant pour la charpente que pour les murs, c’est la partie structurelle de la construction, elle se situe entre la finition intérieure et la finition extérieure, c’est-à-dire qu’elle n’est ni exposée aux intempéries ni à l’utilisation intérieure de la construction.

Les caractéristiques de l’épicéa ou sapin :

Économique

Léger et robuste à la fois

Faible résistance à l’humidité, il nécessite d’être protégé


Le douglas :

Le douglas est une essence également utilisable pour l’ossature bois, mais également pour du bardage, des lames de terrasses,… Son coût plus élevé que l’épicéa ou le sapin fait que son principal emploi est pour les éléments exposés aux intempéries, donc en extérieur. Grâce à sa couleur naturelle qui tend vers le rouge, il donne un aspect chaleureux à une maison lorsqu’il est utilisé en bardage.

Les caractéristiques du douglas :

Idéal pour la structure et le bardage extérieur

Naturellement imputrescible

Ne nécessite aucun traitement


Le mélèze :

Ce bois est reconnu pour sa très grande résistance au froid. Esthétiquement, il est reconnaissable grâce à sa couleur brun clair. Lorsque qu’on l’utilise en bardage extérieur, il faut savoir qu’il changera petit à petit de teinte pour tendre à terme en un gris, ce qui ne lui enlève pas ces caractéristiques, juste qui modifie son aspect visuel. Si vous souhaitez garder sa teinte originelle, il nécessitera de l’entretien (voir article « La maison ossature bois nécessite-t-elle un entretien particulier ? »).

Les caractéristiques du mélèze :

Très grande résistance à l’humidité

Aspect chaleureux et naturel grâce à sa couleur brun clair

Ne nécessite aucun traitement


Afin de faire les bons choix, les différentes essences de bois ont été classées suivant différents critères :

La résistance mécanique correspond à la résistance d’un bois face à une pression (pour une ossature bois la résistance à une pression doit au moins être du C24).

Le visuel : il définit l’utilisation du bois, s’il est plus adapté ou non à de la finition.

La durabilité naturelle

La capacité à recevoir un traitement : définie suivant 5 classes. Elles définissent la durabilité du bois en fonction du contact avec le sol ou l’eau.


Comment entretenir votre bien:

L’entretien de sa maison ossature bois concerne principalement le bardage de l’habitation. Cette couche extérieure étant soumise aux conditions climatiques de tous types, elle a logiquement tendance à se ternir, sur le long terme, au fur et à mesure des années. Pour autant, un bois naturel reste particulièrement efficace d’un point de vue isolation et, surtout, résistant.

La peinture

Le principal effet du temps se fera donc ressentir sur la couleur du bois. Avec la pluie, le vent, la neige, les rayons du soleil, votre bardage va perdre de son éclat avec le temps et prendre des tons gris, noirâtres. La seule contrainte sera donc d’ordre esthétique si ces teintes plus sombres ne vous conviennent pas. Idéalement, la peinture de votre maison ossature bois doit être refaite tous les 7 ans, environ. Pensez à décaper et dépoussiérer le bois avant de vous lancer dans la peinture.

Un large choix de couleurs s’offre à vous pour (re)peindre votre maison. Il est toutefois recommandé d’éviter les peintures filmogènes. Le bois étant une matière vivante, ces produits l’empêcheraient de respirer et nuiraient à la bonne tenue du bardage de votre habitation. De même, une couleur trop foncée garde davantage la chaleur et, par conséquent, chauffe le bois.

La lasure

Autre possibilité pour entretenir votre maison ossature bois : l’application d’une couche de lasure. Cela permet au bois de préserver son aspect naturel. Afin de permettre au matériau de respirer, optez pour une lasure microporeuse en phase aqueuse. Il est conseillé de traiter le bois de votre habitation tous les cinq ans, environ. Comme pour la peinture, avant d’appliquer la lasure, pensez bien à décaper et dépoussiérer le bois.

Une fois par an, prenez le temps d’inspecter et de contrôler l’état de votre maison ossature bois. En cas de problème, vous pourrez intervenir plus rapidement et limiter d’éventuels problèmes plus importants.

L'entretien de l'extérieur peut devenir un inconvénient dans certain cas. Si l'on décide d'habiller l'extérieur de sa maison en ossature bois par un bardage traditionnel afin de conserver le charme naturel, il est évident que cela s’entretient. Une couche de peinture ou lasure est nécessaire une fois par an.

En termes d'inertie thermique, c'est-à-dire la capacité du bois à retenir la chaleur et à la redistribuer, le bois est moins performant que la pierre. En effet, plus le matériau utilisé est léger, moins l'inertie est présente. Cependant, on peut ajouter quelques éléments en pierre à l'intérieur de l'habitat afin d'augmenter l'inertie (cheminée en pierre).

Le principal ennemi du bois est l'humidité qui peut apporter avec elle champignons et moisissures. Pour éviter cela, il suffit simplement d'éviter l'eau stagnante au sol en contact avec le bois et de chauffer raisonnablement. En bref, un simple entretien régulier permet de lutter efficacement contre l'humidité.